Le Premier Épisode Psychotique

Un enjeu épidémiologique
https://predipsy.fr/wp-content/uploads/2021/10/PEP-3-320x372.png
bt_bb_section_bottom_section_coverage_image
LE PREMIER ÉPISODE PSYCHOTIQUE

KÉSACO?

Le Premier Épisode Psychotique (PEP) est caractérisé par l’émergence de symptômes psychotiques (idées délirantes,  hallucinations et désorganisation de la pensée).

Le tableau est souvent manifeste, mais il peut être plus difficile à déterminer dans les phases précoces du trouble, quand les symptômes sont encore atténués ou peu fréquents (i.e., lors de la phase prodromique).

Il est généralement admis que la « transition psychotique » (c’est-à-dire l’émergence du premier épisode) est atteinte lorsque les symptômes psychotiques sont exprimés à un niveau de fréquence ou d’intensité significatif pendant une durée supérieure à 7 jours. Sous ce seuil, les personnes sont considérées comme ayant un état mental à risque.

https://predipsy.fr/wp-content/uploads/2021/10/Image1-640x344.png

** UHR: « Ultra High Risk » : État mental à risque ou haut risque de transition psychotique

https://predipsy.fr/wp-content/uploads/2021/10/Le-patient-1-320x357.png

LES POINTS ESSENTIELS :

Le Premier Episode Psychotique est un trouble…

  • Qui touche les adolescents et les jeunes adultes principalement entre 13 et 35 ans
  • Avec au moins 2 symptômes parmi: idées délirantes, hallucinations et/ou désorganisation de la pensée
  • Avec ou sans symptôme thymique associé
  • Avec un retentissement fonctionnel
  • Manifestations franches > 7 jours
VIGILANCE

Quels sont les facteurs de risque?

Le PEP peut être la résultante d’une multitude de facteurs (génétiques, inflammatoires, traumatiques, liés à des stress psychologiques ou biologiques , à la consommation de toxiques comme le cannabis, etc.)

Au cours de la période critique de l’adolescence, ces facteurs peuvent précipiter l’émergence des symptômes chez une personne à risque et déclencher un PEP dans l’année qui suit.

https://predipsy.fr/wp-content/uploads/2021/10/IRM-1-e1633610664405.png
https://predipsy.fr/wp-content/uploads/2021/10/Image2.png
l'IMAGERIE CÉRÉBALE EN PSYCHIATRIE

Faciliter la démarche du diagnostic différentiel

A ce jour, le diagnostic de Premier Episode Psychotique reste clinique. L’imagerie cérébrale peut cependant nous aider à écarter certains diagnostics différentiels, comme des entités cliniques et non psychiatriques pouvant mimant un PEP.

De manière non exhaustive, les pathologies suivantes ont pu être retrouvées associées à un tableau de PEP avec parfois des signes d’atypie clinique, mais aussi des signes IRM.